anima motrix

19 avenue de la Porte Brunet

75019 Paris

01 44 84 72 20

contact@animamotrix.fr

 

Siège :

Hôtel de Beaulaincourt

Rue du Tribunal
62400 Béthune

La Compagnie anima motrix est conventionnée par le Ministère de la Culture DRAC Hauts-de-France et la Région Hauts-de-France.

CONTACT

 

mentions légales

le corps utopique

production en cours

adaptation chorégraphique

d’après la conférence radiophonique de Michel Foucault
publiée aux Éditions Lignes

adaptation chorégraphique Emma Gustafsson et Laurent Hatat

création lumière Cécile Giovansili-Vissière

un solo d’Emma Gustafsson

co-production

KLAP maison pour la danse / Marseille
le 3bisF lieu d’arts contemporains / Aix-en-Provence

résidence de création

La Distillerie / Aubagne
Le Gymnase, CDCN / Roubaix

CRÉATION

festival Question Danse

au KLAP / Marseille

Octobre 2020

Avoir un corps, être dans un corps est par excellence, je crois, l’expérience intime et universelle qui nous relie en même temps qu’elle nous différencie. Le Corps Utopique est à l’origine une conférence radiophonique que Michel Foucault donne sur France Culture en décembre 1966. Dans une langue jouissive et directe, Foucault offre une tentative d’analyse ludique, poétique de l’expérience fantastique et banale à la fois d’avoir un corps. Il y évoque en particulier la figure du danseur...

Comme artiste chorégraphique, j’ai développé une conscience aigüe du corps, une expérience de la vie très fortement ancré dans le charnel. Le Corps Utopique est très vite devenu pour moi une référence, une source de réflexion. Ma carrière s’est depuis une décennie largement ouverte à l’univers des mots, au théâtre, à la dramaturgie contemporaine. J’ai aujourd’hui une envie de formulation, de dire avec les mots tout simplement cette expérience, unique et commune à la fois, qu’est mon aventure avec le corps comme outil et comme vaisseau de vie.

Foucault avance dans ses réflexions ardentes avec toute la fougue du penseur en action. Loin de tout académisme, Foucault se reprend, se corrige, précise sa pensée, s’égare et se retrouve, se perd dans des rêveries et des fantaisies. Son texte éclate de vie et de mouvement. C’est ainsi que je veux le rendre au plateau. Je veux relier mon expérience de ces langages qui m’habitent, celui la danse et celui du théâtre. Je veux utiliser la danse comme outil dramaturgique, outil de mise en jeu.

Aujourd’hui Le Corps Utopique est pour moi le lieu idéal pour ma recherche d’une nouvelle langue scénique. Un véritable langage comme reflet éclatant de la vie, de l’entrelacé du mouvement et de la pensée.
 

Emma Gustafsson

Lorsqu’Emma m’a fait découvrir ce texte incroyable de Michel Foucault, j’ai tout de suite été saisi par la force d’évocation, par la largesse de champs du propos. Une fois de plus Foucault va battre la campagne et ouvrir des sentes intellectuelles inexplorées.

Mais il y a aussi une forme de légèreté, de gausserie parfois, dans l’énoncé radiophonique du philosophe.
De toute évidence, il nous propose de suivre ici une réflexion à vif, une pensée en gestation qui s’autorise des tours et des détours. Cette écriture y gagne une vivacité étonnante en ne reniant rien de sa profondeur et de sa justesse de vue. Il en ressort une plongée fascinante et troublante dans l’intimité du lien au corps.

Depuis mon adaptation de Retour à Reims du philosophe Didier Eribon, et surtout depuis qu’Emma et moi avons entamé notre collaboration sur l’adaptation, la mise
en scène et la chorégraphie d’Histoire de la Violence d’Edouard Louis, nous poursuivons tous deux un idéal de la scène comme endroit de la pensée vivante, accessible
à tous, sans surplomb. C’est un travail d’approche de la pensée, de l’expression fine par le prisme de la sensualité, du charnel et en fin de compte du langage chorégraphique. Nous sommes convaincus que l’expérience de la vie ne peut se traduire uniquement par les mots mais convoque une nouvelle langue scénique. Cette réflexion nous la menons ensemble depuis quelques temps déjà au travers de nos spectacles et des formations que nous menons conjointement.

À mon sens, cette belle entreprise trouvera d’autant plus sa quintessence dans un travail sur Le Corps Utopique dans la mesure où Emma, riche de sa rare double expérience de danseuse et d’actrice, en sera l’interprète première.

Laurent Hatat

 

ÉTAPES DE CRÉATION

avril 2020

résidence

3Bis F, Aix-en-Provence

 

mai 2020

résidence

La Distillerie, Aubagne

dans le cadre de « Place aux Compagnies »

 

juin 2020

résidence

Le Gymnase / CDCN, Roubaix

octobre 2020

résidence de création

Le Klap, Marseille

dans le cadre de « Question danse »